L’âge idéal pour apprendre une langue étrangère

L’âge idéal pour apprendre une langue étrangère

Il n’est jamais trop tard pour apprendre ! Le cerveau humain s’adapte tout au long de notre vie à retenir des informations, et ce depuis notre plus jeune âge. Cependant, apprendre une langue étrangère en plus de votre langue maternelle peut s’avérer un exercice plus difficile selon l’âge auquel vous débutez. Dans cet article, nous faisons le point sur l’âge idéal pour apprendre une nouvelle langue.

L’étonnante mémoire des plus petits

Est-il jamais trop tôt pour apprendre à parler une deuxième langue ? Voilà une question que l’on retrouve sur toutes les lèvres, notamment celles des parents inquiets. De nombreuses études ont démontré que pendant l’enfance, voire même pendant la grossesse, les enfants possèdent une prédisposition aux langues. Vous pouvez ainsi commencer à habituer l’oreille de votre bébé à sa langue maternelle, comme à une seconde langue, avant même sa naissance ! Privilégiez les enregistrements pour l’initier à une prononciation juste s’il ne s’agit pas de la langue maternelle de l’un des parents.

Les enfants entendent, assimilent et s’approprient les sons et les mots qui les entourent avec une grande aisance, qui diminuent progressivement au moment de la fin de l’adolescence. Ces compétences linguistiques encore balbutiantes se développent naturellement au contact de stimuli extérieurs, tels que des phrases répétées par les parents ou des chansons.

La période idéale pour introduire en douceur une langue étrangère se situerait entre trois et six ans, moment de l’enfance où le cerveau dispose d’une très grande adaptabilité. Ce second univers linguistique viendra compléter celui de la langue maternelle sans se superposer ni entraîner une confusion pour l’enfant.

Cet apprentissage se fera de manière plus naturelle dans certains cas plutôt que d’autres, notamment au contact répété d’un environnement déjà multilingue. Veillez à choisir avec soin la manière d’introduire ce nouvel éventail linguistique en fonction de l’âge de développement de l’enfant.

Une question d’environnement

Vous souhaitez donner à votre enfant toutes les clés pour devenir bilingue le plus tôt possible sans pour autant l’exposer à un apprentissage pénible ? L’aspect ludique est très important dans le cas de l’apprentissage précoce d’une langue secondaire. Offrir un environnement agréable et stimulant demande de se reposer sur des supports à la fois visuels, auditifs et interactifs. Au plus jeune âge, il s’agira de proposer des activités qui assistent le développement général et linguistique de l’enfant comme :

  • Des jeux basés sur des thèmes simples (couleurs, fruits…) ;
  • Des comptines à écouter et répéter ;
  • Des livres imagés ;
  • Des jeux de construction (lettres, formes…) ;
  • Des cartes visuelles à mémoriser ;
  • Des dessins animés faciles à comprendre
  • Sans oublier les séjours linguistiques qui peuvent être proposés aux enfants dès le plus jeune âge (notamment les formules d’immersion en France).

L’association de l’apprentissage à des activités divertissantes favorise la création d’un lien positif avec la mémorisation d’une deuxième langue. Cette introduction précoce à une langue différente de la langue maternelle se verra renforcée dans un environnement multilingue, dans lequel la famille incorpore les deux langues. L’enfant s’amusera alors à manipuler les deux langues, en fonction des situations ou de son humeur.

Ces fondations linguistiques se trouveront plus tard renforcées par les enseignements scolaires, parfois depuis la primaire. Il est par ailleurs tout à fait possible de commencer à apprendre une seconde langue étrangère à partir de la première année du collège. Certains établissements proposent même des classes européennes ! Bien que le niveau de maîtrise de la langue puisse être en deçà de celui d’apprenants plus précoces, un travail régulier et assidu offrira des résultats très prometteurs.

Groupe d'adultes apprenant une langue étrangère

Il n’y a pas d’âge limite pour apprendre une langue étrangère

Ainsi, les experts s’accordent sur les bienfaits d’un apprentissage anticipé d’une seconde langue pour atteindre un niveau d’aisance proche d’un locuteur natif. Rien ne prédispose pour autant une personne commençant son apprentissage à l’adolescence ou plus tard à ne pas pouvoir maîtriser une seconde langue. Elle rencontra cependant des difficultés dans certains domaines. Le développement du cerveau influe sur les capacités à retenir les informations facilement et la compréhension des sons, c’est pourquoi les experts mentionnent fréquemment la majorité comme moment clé.

La maîtrise de la deuxième langue différera alors selon l’individu et ses capacités personnelles. Rien ne l’empêche d’approfondir ses connaissances par lui-même pendant ou après ses études avec :

  • Le visionnage d’une série en langue originale avec ou sans sous-titres ;
  • Une correspondance avec un locuteur natif ;
  • La lecture d’un roman adapté à son niveau ;
  • Des cours particuliers.

À partir de dix-sept ans, il devient plus difficile d’apprendre de nouvelles compétences, notamment linguistiques. Difficile, mais pas impossible bien entendu. Il n’existe pas d’âge fatidique après lequel il devient impensable de s’ouvrir à une deuxième langue et à une nouvelle culture. Cette ouverture à un nouveau monde peut avoir lieu à n’importe quel moment, tant que vous gardez un esprit ouvert et que vous vous appliquez à votre apprentissage linguistique.

Redoubler d’efforts et de patience

Les efforts portent leurs fruits, et ce, peu importe l’âge ! Une personne adulte prête à consacrer une partie de son temps à l’apprentissage ou l’approfondissement d’une langue observera des progrès. Elle devra cependant fournir des efforts plus importants qu’un enfant pour améliorer ses compétences de compréhension et d’expression. Les capacités d’assimilation linguistique d’un adulte n’auront pas la même efficacité. Toutefois, dans beaucoup de cas, se plonger dans cette initiation sera le fruit d’une décision personnelle, une nette différence avec le milieu scolaire qui débouche sur une plus grande motivation.

Aujourd’hui, de nombreuses options s’offrent à vous pour faciliter votre apprentissage, aussi bien à l’oral qu’à l’écrit. Décelez les points que vous souhaitez travailler, en gardant en tête que la mémorisation du vocabulaire pourra s’avérer l’un de vos points faibles. Il ne s’agit pas là d’un fait inexorable, tout dépend de vos capacités d’apprentissage personnelles. Voici quelques-unes de nos idées pour vous aider dans votre apprentissage :

  • Des manuels théoriques,
  • Des cahiers d’exercices ;
  • Des vidéos sous-titrées ;
  • De forums d’entre-aide pour poser vos questions ;
  • Des applications mobiles…

Il n’y a pas d’âge pour apprendre une nouvelle langue, selon le niveau d’aisance espéré et le temps qu’il vous ait possible d’y allouer !

TROUVEZ VOTRE SÉJOUR

Une question sur ce sujet ?

Contactez-nous au 01 45 30 91 91 ou par mail en cliquant ici !

Partager cet article

Laissez un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée. Les champs requis sont indiqués par une *